Reuilly, au cœur du Berry

Les prairies de l'Arnon Depuis l'époque de bronze, Reuilly existe au bord de l'Arnon, affluent du Cher.

On dit que le roi Dagobert a donné Reuilly en 638 à l'abbaye royale de Saint-Denis, et depuis cette date jusqu'à la Révolution, en 1789, une seigneurie religieuse a dominé.

Une crypte de l'époque carolingienne, une église au style roman primitif du XIe siècle témoignent de cette activité religieuse.

Normande en 902, Anglaise pendant la Guerre de 100 Ans, Reuilly, à 25 kilomètres de Bourges, a connu de longues périodes de guerres dévastatrices. Mais la qualité de son vignoble a toujours donné une certaine ténacité à sa population.

Les religieux de l'Abbaye, les Templiers de la Commanderie de l'Ormeteau et les grands seigneurs du Château de la Ferté, construit au XVIIe siècle par François Mansard, confirment la grande richesse du passé. Auparavant, au Xème siècle, un château féodal avait été construit par Gilbert De Brenne.

Au milieu de la Champagne Berrichonne, grande plaine céréalière, le Berrichon de Reuilly a toujours fait face avec calme et persévérance aux difficultés de la vie paysanne : guerres du Moyen-Âge, maladies, difficultés du temps (grêle, gel, orages dévastateurs, sécheresses), phylloxera...

Comme chaque village de France, il s'honore de quelques noms célèbres, enrichissant l'histoire locale :

  • Marius Jacob, anarchiste de la Belle Époque, qui inspira le personnage d'Arsène Lupin, décédé en 1954 au Bois-Saint-Denis (Reuilly)
  • Yves du Manoir, capitaine du XV de France, décédé dans son avion le 2 janvier 1928 à Reuilly ;
  • Paul Surtel, né à Reuilly en 1893, peintre impressionniste 

L'histoire de Reuilly mérite plus que ces quelques lignes. Elle est très généreuse et permet aux Reuillois d'aujourd'hui d'aborder l'avenir en célébrant le passé avec un verre de vin et quelques spécialités culinaires.